jeudi 17 novembre 2011

L'oeuvre de Herman Wirth

L’œuvre de Herman Wirth (1885-1981)

Né le 6 mai 1885 à Utrecht aux Pays-Bas, Herman Wirth étudie la philologie néerlandaise, la philologie germanique, l’ethnologie, l’histoire et la musicologie aux universités d’Utrecht, de Leipzig et de Bâle. Son premier poste universitaire est une chaire de philologie néerlandaise à Berlin qu’il occupe de 1909 à 1919. Il enseigne à Bruxelles en 1917/18 et y appuie l’activisme flamand germanophile. Séduit par le mouvement de jeunesse contestataire et anarchisant d’avant 1914, le célèbre Wandervogel, il tente de lancer l’idée aux Pays-Bas à partir de 1920, sous l’appelation de Dietse Trekvogel (Oiseaux migrateurs thiois). En 1921, il entame ses études sur les symboles et l’art populaire en traitant des uleborden, les poutres à décoration animalière des pignons des vieilles fermes frisonnes.
 
Convaincu de la profonde signification symbolique des motifs décoratifs traditionnels ornant les pignons, façades, objets usuels, pains et pâtisseries, Wirth mène une enquête serrée, interrogeant les vieux paysans encore dépositaires des traditions orales. Il tire la conclusion que les symboles géométriques simples remontent à la préhistoire et constituent le premier langage graphique de l’homme, objet d’une science qu’il appelle à approfondir: la paléo-épigraphie. Le symbole est une trace plus sûre que le mythe car il demeure constant à travers les siècles et les millénaires, tandis que le mythe subit au fil des temps quantités de distorsions. En posant cette affirmation, Wirth énonce une thèse sur la naissance des alphabets. Les signes alphabétiques dérivent, selon Wirth, de symboles désignant les mouvements des astres. Vu leur configuration, ils seraient apparus en Europe du Nord, à une époque où le pôle se situait au Sud du Groenland, soit pendant l’ère glacière où le niveau de la mer était inférieur de 200 m, ce qui laisse supposer que l’étendue océanique actuelle, recouvrant l’espace sis entre la Galice et l’Irlande, aurait été une zone de toundras, idéale pour l’élevage du renne. La montée des eaux, due au réchauffement du climat et au basculement du pôle vers sa position actuelle, aurait provoqué un reflux des chasseurs-éleveurs de rennes vers le sud de la Gaule et les Asturies d’abord, vers le reste de l’Europe, en particulier la Scandinavie à peine libérée des glaces, ensuite. Une autre branche aurait rejoint les plaines d’Amérique du Nord, pour y rencontrer une population asiatique et créer, par mixage avec elle, une race nouvelle. De cette hypothèse sur l’origine des populations europides et amérindiennes, Wirth déduit la théorie d’un diffusionnisme racial/racisant, accompagné d’une thèse audacieuse sur le matriarchat originel, prenant le relais de celle de Bachofen.

Wirth croyait qu’un manuscrit frison du Moyen-Age, l’Oera-Linda bok, recopié à chaque génération depuis environ le Xième siècle jusqu’au XVIIIième, contenait in nuce le récit de l’inondation des toundras atlantiques et de la zone du Dogger Bank. Cette affirmation de Wirth n’a guère été prise au sérieux et l’a mis au ban de la communauté scientifique. Toutefois, le débat sur l’Oera-Linda bok n’est pas encore clos aux Pays-Bas aujourd’hui.

Très en vogue parmi les ethnologues, les folkloristes et les «symbolologues» en Allemagne, en Flandre, aux Pays-Bas et en Scandinavie avant-guerre, Wirth a été oublié, en même temps que les théoriciens allemands et néerlandais de la race, compromis avec le IIIième Reich. Or Wirth ne peut être classé dans la même catégorie qu’eux: d’abord parce qu’il estimait que la recherche des racines de la germanité, objectif positif, était primordiale, et que l’antisémitisme, attitude négative, était «une perte de temps»; ensuite, en butte à l’hostilité de Rosenberg, il est interdit de publication. Il reçoit temporairement l’appui de Himmler mais rompt avec lui en 1938, jugeant que les prétoriens du IIIième Reich, les SS, sont une incarnation moderne des Männerbünde (des associations masculines) qui ont éradiqué, par le truchement du wotanisme puis du christianisme, les cultes des mères, propres à la culture matricielle atlanto-arctique et à son matriarchat apaisant, remontant à la fin du pliocène. Arrêté par les Américains en 1945, il est rapidement relaché, les enquêteurs ayant conclu qu’il avait été un «naïf abusé». Infatigable, il poursuit après guerre ses travaux, notamment dans le site mégalithique des Externsteine dans le centre de l’Allemagne et organise pendant deux ans, de 1974 à 1976, une exposition sur les communautés préhistoriques d’Europe. Il meurt à Kusel dans le Palatinat le 16 février 1981. Sans corroborer toutes les thèses de Wirth, les recherches des Britanniques Renfrew et Hawkins et du Français Jean Deruelle ont permis de revaloriser les civilisations mégalithiques ouest-européennes et de démontrer, notamment grâce au carbone 14, leur antériorité par rapport aux civilisations égyptienne, crétoise et mésopotamienne.

L’ascension de l’humanité (Der Aufgang der Menschheit), 1928

Ouvrage majeur de Wirth, Der Aufgang der Menschheit se déploie à partir d’une volonté de reconnaître le divin dans le monde et de dépasser l’autorité de type augustinien, reposant sur la révélation d’un Dieu extérieur aux hommes. Wirth entend poursuivre le travail amorcé par la Réforme, pour qui l’homme a le droit de connaître les vérités éternelles car Dieu l’a voulu ainsi. Wirth procède à une typologie racisée/localisée des religiosités: celles qui acceptent la révélation sont méridionales et orientales; celles qui favorisent le déploiement à l’infini de la connaissance sont «nordiques». La tâche à parfaire, selon Wirth, c’est de dépasser l’irreligion contemporaine, produit de la mécanisation et de l’économisme, en se plongeant dans l’exploration de notre passé. Seule une connaissance du passé le plus lointain permet de susciter une vie intérieure fondée, de renouer avec une religiosité spécifique, sans abandonner la démarche scientifique de recherche et sans sombrer dans les religiosités superficielles de substitution (pour Wirth: le néo-catholicisme, la théosophie ou l’anthroposophie de Steiner). Les travaux archéologiques ont permis aux Européens de replonger dans leur passé et de reculer très loin dans le temps les débuts hypothétiques de l’histoire. Parmi les découvertes de l’archéologie: les signes symboliques abstraits des sites «préhistoriques» de Gourdan, La Madeleine, Rochebertier et Traz-os-Montes (Portugal), dans le Sud-Ouest européen atlantique. Pour la science universitaire officielle, l’alphabet phénicien était considéré comme le premier système d’écriture alphabétique d’où découlaient tous les autres. Les signes des sites atlantiques ibériques et aquitains n’étaient, dans l’optique des archéologues classiques, que des «griffonnages ludiques». L’œuvre de Wirth s’insurge contre cette position qui refuse de reconnaître le caractère d’abord symbolique du signe qui ne deviendra phonétique que bien ultérieurement. L’origine de l’écriture remonte donc au Magdalénien: l’alphabet servait alors de calendrier et indiquait, à l’aide de symboles graphiques abstraits, la position des astres. Vu la présence de cette écriture linéaire, indice de civilisation, la distinction entre «histoire» et «préhistoire» n’a plus aucun sens: notre chronologie doit être reculée de 10.000 années au moins, conclut Wirth. L’écriture linéaire des populations du Magdalénien atlantique d’Ibérie, d’Aquitaine et de l’Atlas constituerait de ce fait l’écriture primordiale et les systèmes égyptiens et sumériens en seraient des dégénérescences imagées, moins abstraites. Théorie qui inverse toutes les interprétations conventionnelles de l’histoire et de la «pré-histoire» (terme que conteste Wirth).
Der Aufgang der Menschheit commence par une «histoire de l’origine des races humaines» (Zur Urgeschichte der Rassen). Celle-ci débute à la fin de l’ère tertiaire, quand le rameau humain se sépare des autres rameaux des primates et qu’apparaissent les différents groupes sanguins (pour Wirth, le groupe I, de la race originelle —Urrasse— arctique-nordique, précédant la race nordique proprement dite, et le groupe III de la race originelle sud-asiatique). Ce processus de différenciation raciale s’opère pendant l’éocène, l’oligocène, le miocène et le pliocène. A la fin de ces ères tertiaires, s’opère un basculement du pôle arctique qui inaugure une ère glaciaire en Amérique du Nord (glaciation de Kansan). Au début du quaternaire, cette glaciation se poursuit (en Amérique: glaciations de Günz, de l’Illinois et de l’Iowa; en Europe, glaciation de Mindel). Ces glaciations sont contemporaines des premiers balbutiements du paléolithique (culture des éolithes) et, pour Wirth, des premières migrations de la race originelle arctique-nordique vers l’Amérique du Nord, l’Atlantique Nord et l’Asie septentrionale, ce qui donne en Europe les cultures «pré-historiques» du Strépyen et du Pré-Chelléen. Le réchauffement du climat, à l’ère chelléenne, permet aux éléphants, rhinocéros et hippopotames de vivre en Europe. L’Acheuléen inaugure un rafraîchissement du climat, qui fait disparaître cette faune; ensuite, à l’ère moustérienne, s’enclenche une nouvelle glaciation (dite de Riß ou de Würm; en Amérique, première glaciation du Wisconsin). Sur le plan racial, l’Europe est peuplée par la race de Néanderthal et les hommes du Moustier, de Spy, de la Chapelle-aux-Saints, de La Ferrasie, de La Quina et de Krapina. Lors d’un léger réchauffement du climat, apparaît la race d’Aurignac, influencée par des éléments de la race arctique-nordique-atlantique, porteuse des premiers signes graphiques symboliques. C’est l’époque des cultures préhistoriques de l’Europe du Sud-Ouest, de la zone franco-cantabrique (squelette de Cro-Magnon, type humain mélangé, où se croise le sang arctique nordique et celui des populations non nordiques de l’Europe), à l’ère dite du Magdalénien (I & II). Epoque-charnière dans l’optique de Wirth, puisqu’apparaissent, sur les parois des cavernes, notamment celles de La Madeleine, de Gourdan et du Font de Gaume en France, d’Altamira en Espagne, les dessins rupestres et les premières signes symboliques. Vers 12.000 avant notre ère, le climat se réchauffe et le processus de mixage entre populations arctiques-atlantiques-nordiques et Pré-Finnois de l’aire baltique (culture de Maglemose au Danemark) ou éléments alpinoïdes continentaux se poursuit, formant les différentes sous-races européennes. La Mer du Nord n’existe pas encore et l’espace du Dogger Bank (pour Wirth, le Polsete-Land) est occupé par le peuple Tuatha, de souche arctique-nordique, qui conquiert, à l’Est, le Nord-Ouest de l’Europe et, à l’Ouest, l’Irlande, qu’il arrache aux tribus «sud-atlantiques», les Fomoriens. La Mer du Nord disparaît sous les flots et, selon la thèse très contestée de Wirth, les populations arctiques-nordiques émigrent par vagues successives pendant plusieurs millénaires dans toute l’Europe, le bassin méditerranéen et le Moyen-Orient, transmettant et amplifiant leur culture originelle, celle des mégalithes. En Europe orientale, elles fondent les cultures dites de Tripolje, Vinça et Tordos, détruisent les palais crétois vers 1400 avant notre ère, importent l’écriture linéaire dans l’espace sumérien et élamite, atteignent les frontières occidentales de la Chine, s’installent en Palestine (les Amourou du Pays de Canaan vers -3000 puis les Polasata et les Thakara vers -1300/-1200), donnent naissance à la culture phénicienne qui rationalise et fonctionnalise leurs signes symboliques en un alphabet utilitaire, introduisent les dolmens en Afrique du Nord et la première écriture linéaire pré-dynastique en Egypte (-3300), etc.

Pour prouver l’existence d’une patrie originelle arctique, Wirth a recours aux théories de la dérive des continents de W. Köppen et A. Wegener (Die Entstehung der Kontinente und Ozeane, 1922) et aux résultats de l’exploration des fonds maritimes arctiques et des restes de flore qu’O. Heer y a découverts (Flora fossilis artica, Zürich, 1868-1883). A la fin du tertiaire et aux débuts du quaternaire, les continents européen et américain étaient encore soudés l’un à l’autre. La dérive de l’Amérique vers l’ouest et vers le sud aurait commencé lors de la grande glaciation du pléistocène. Le Groenland, les Iles Spitzbergen, l’Islande et la Terre de Grinell, avec le plateau continental qui les entoure, seraient donc la terre originelle de la race arctique-nordique, selon Wirth. Le plateau continental, aujourd’hui submergé, s’étendant de l’Ecosse et l’Irlande aux côtes galiciennes et asturiennes serait, toujours selon Wirth, la seconde patrie d’origine de ces populations. Comme preuve supplémentaire de l’origine «circumpolaire» des populations arctiques-nordiques ultérieurement émigrées jusqu’aux confins de la Chine et aux Indes, Wirth cite l’Avesta, texte sacré de l’Iran ancien, qui parle de dix mois d’hiver et de deux mois d’été, d’un hiver si rigoureux qu’il ne permettait plus aux hommes et au bétail de survivre, d’inondations post-hivernales, etc. La tradition indienne, explorée par Bal Gangâdhar Tilak (The Arctic Home in the Vedas, 1903), parle, elle, d’une année qui compte un seul jour et une seule nuit, ce qui est le cas au niveau du pôle. Aucun squelette de type arctique-nordique n’a été retrouvé, ni en Ecosse ou en Irlande, zones arctiques non inondées, ni le long des routes des premières migrations (Dordogne/Aquitaine, Espagne, Atlas, etc. jusqu’en Indonésie), parce que les morts étaient d’abord enfouis six mois dans le giron de la Terre-mère pour être ensuite exhumés et exposés sur une dalle plate, un pré-dolmen, pour être offerts à la lumière, pour renaître et retourner à la lumière, comme l’atteste le Vendidad iranien, la tradition des Parses et les coutumes funéraires des Indiens d’Amérique du Nord.

L’organisation sociale des premiers groupes de migrants arctiques-nordiques est purement matriarcale: les femmes y détiennent les rôles dominants et sont dépositaires de la sagesse.

En posant cette série d’affirmations, difficiles à étayer par l’archéologie, Wirth lance un défi aux théories des indo-européanisants qui affirment l’origine européenne/continentale des «Indo-Européens» nordiques (appelation que Wirth conteste parce qu’il juge qu’elle jette la confusion). La race nordique et, partant, les «Indo-Européens» ne trouvent pas, pour Wirth, leur origine sur le continent européen ou asiatique. Il n’y aurait jamais eu, selon lui, d’Urvolk indo-européen en Europe car les nordiques apparaissent toujours mélangés sur cette terre; les populations originelles de l’Europe sont finno-asiatiques. Les Nordiques ont pénétré en Europe par l’Ouest, en longeant les voies fluviales, en quittant leurs terres progressivement inondées par la fonte des glaces arctiques. Cette migration a rencontré la vague des Cro-Magnons sud-atlantiques (légèrement métissés d’arcto-nordiques depuis l’époque des Aurignaciens) progressant vers l’Est. La culture centre-européenne du néolithique est donc le produit d’un vaste métissage de Sud-Atlantiques, de Nordiques et de Finno-asiatiques, que prouvent les études sérologiques et la présence des symboles. Les Celtes procèdent de ce mélange et ont constitué une civilisation qui a progressé en inversant les routes migratoires et en revenant en Irlande et dans la zone franco-cantabrique, emmenant dans leur sillage des éléments raciaux finno-asiatiques. En longeant le Rhin, ils ont traversé la Mer du Nord et soumis en Irlande le peuple nordique des Tuatha, venu de la zone inondée du Dogger Bank (Polsete-Land) et évoqué dans les traditions mythologiques celto-irlandaises. L’irruption des Celtes met fin à la culture matriarcale et monothéiste des Tuatha de l’ère mégalithique pour la remplacer par le patriarcat polythéiste d’origine asiatique, organisé par une caste de chamans, les druides. Wirth se réfère à Ammien Marcellin (1. XV, c.9, §4) pour étayer sa thèse: celui-ci parle des trois races de l’Irlande: l’autochtone, celle venue des «îles lointaines» et celle venue du Rhin, soit la sud-atlantique fomorienne, les Tuatha arcto-nordiques et les Celtes.

Le symbolisme graphique abstrait, que nous ont laissé ces peuples arcto-nordiques, temoigne d’une religiosité cosmique, d’un regard jeté sur le divin cosmique, d’une religiosité basée sur l’expérience du «mystère sacré» de la lumière boréale, de la renaissance solaire au solstice d’hiver. Dans cette religiosité, les hommes sont imbriqués entièrement dans la grande loi qui préside aux mutations cosmiques, marquée par l’éternel retour. La mort est alors un re-devenir (ein Wieder-Werden). Le divin est père, Weltgeist, depuis toujours présent et duquel procèdent toutes choses. Il envoie son fils, porteur de la «lumière des terres», pour se révéler aux hommes. Les hiéroglyphes qui expriment la présence de ce dieu impersonnel, qui se révèle par le soleil, se réfèrent au cycle annuel, aux rotations de l’univers, aux mutations incessantes qui l’animent, au cosmos, au ciel et à la terre. L’étymologie de tu-ath (vieil-irl.), ou de ses équivalents lituanien (ta-uta), osque (to-uto), vieux-saxon (thi-od), dérive des racines *ti, *to, *tu (dieu) et *ot, *ut, *at (vie, souffle, âme).

Ce peuple, connaisseur du «souffle divin», soit du mouvement des astres, a élaboré un système de signes correspondant à la position des planètes et des étoiles. Les modifications de ces systèmes de signes astronomiques étaient entraînées par les mouvements des corps célestes. Toute la civilisation mégalithique, explique Wirth, avant Renfrew, Hawkins et Deruelle, procède d’une religiosité astronomique. Elle est née en Europe occidentale et septentrionale et a essaimé dans le monde entier: en Amérique du Nord, au Maghreb (les mégalithes de l’Atlas), en Egypte, en Mésopotamie et, vraisemblablement, jusqu’en Indonésie et peut-être en Nouvelle-Zélande (les Maoris).

* * *
Bibliographie

Pour une bibliographie très complète, se référer au travail d’Eberhard Baumann, Verzeichnis der Schriften von Herman Felix WIRTH Roeper Bosch von 1911 bis 1980 sowie die Schriften für, gegen, zu und über die Person und das Werk von Herman Wirth, Gesellschaft für Europäische Urgemeinschaftskunde e.V., Kolbenmoor, 1988. Notre liste ci-dessous ne reprend que les ouvrages principaux: Der Untergang des niederländischen Volksliedes, La Haye, 1911; Um die wissenschaftliche Erkenntnis und den nordischen Gedanken, Berlin, 1929 (?); Der Aufgang der Menschheit, Iéna, 1928 (2ième éd., 1934); Die Heilige Urschrift der Menschheit, Leipzig, 1931-36; Was heißt deutsch? Ein urgeistgeschichtlicher Rückblick zur Selbstbestimmung und Selbstbesinnung, Iéna, 1931 (2ième éd., 1934); Führer durch die Erste urreligionsgeschichtliche Ausstellung “Der Heilbringer”. Von Thule bis Galiläa und von Galiläa bis Thule, Berlin/Leipzig, 1933; Die Ura-Linda-Chronik, Leipzig, 1933; Die Ura-Linda-Chronik. Textausgabe (texte de la Chronique d’Oera-Linda traduit par H.W.), Leipzig, 1933; Um den Ursinn des Menschseins, Vienne, 1960; Der neue Externsteine-Führer, Marbourg, 1969; Allmutter. Die Entdeckung der “altitalischen” Inschriften in der Pfalz und ihre Deutung, Marbourg, 1974; Führer durch das Ur-Europa-Museum mit Einführung in die Ursymbolik und Urreligion, Marbourg, 1975; Europäische Urreligion und die Externsteine, Vienne, 1980.

- Sur Wirth: consulter la bibliographie complète de Eberhard Baumann (op. cit.); cf. également: Eberhard Baumann, Der Aufgang und Untergang der frühen Hochkulturen in Nord- und Mitteleuropa als Ausdruck umfassender oder geringer Selbstverwirklung (oder Bewußtseinsentfaltung) dargestellt am Beispiel des Erforschers der Symbolgeschichte Professor Dr. Herman Felix Wirth, Herborn-Schönbach, 1990 (disponible chez l’auteur: Dr. E. Baumann, Linzer Str. 12, D-8390 Passau). Cf. également: Walter Drees, Herman Wirth bewies: die arktisch-atlantische Kulturgrundlage schuf die Frau, Vlotho-Valdorf, chez l’auteur (Kleeweg 6, D-4973 Vlotho-Valdorf); Dr. A. Lambardt, Ursymbole der Megalithkultur. Zeugnisse der Geistesurgeschichte, Heitz u. Höffkes, Essen, s.d.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire