dimanche 4 juin 2017

Orléans, juillet 2014















Orléans, juillet 2014

3 commentaires:

  1. Bien que la ville soit au cœur de la France et de son histoire, Orléans m'a toujours stupéfié par son caractère d'absolue étrangeté. La vieille ville me donne la sensation d'une sorte de poste-frontière hors du temps — comme confirme la cathédrale, cette invraisemblable anomalie, un sanctuaire gothique construit en pleines ères baroque et néo-classique, aux 17-18e siècles, en un temps où le gothique était totalement oublié, ignoré, dédaigné, c'est unique, incroyable...

    L'environnement naturel d'Orléans, caractérisé par ses très faibles densités de population, rend compte un peu de cette perception : les immenses solitudes céréalières de Beauce au Nord-Ouest, l'opaque forêt d'Orléans au Nord-Est, et au Sud les landes et marais autrefois inhabités de Sologne. Orléans reste inscrit au milieu d'un no man's land.

    Certes, je n'ignore pas que la fortune d'Orléans a été basée autrefois sur le fait que la ville concentrait les échanges commerciaux entre la région parisienne et le Sud du pays, au temps où la batellerie se contentait (avant 1840) de faibles tirants d'eau compatibles avec le cours peu fiable de la Loire. Les mariniers remontaient depuis Nantes, portés par les vents dominants d'Ouest, où descendaient le courant depuis Roanne, pas loin de Lyon, et à Orléans avait lieu la rupture de charge, les rouliers prenaient le relais pour le charroi vers ou depuis Paris. D'où vient qu'à la fin du Moyen-Âge, Orléans était une des principales villes du pays, seulement dépassée par Paris, Rouen et Lyon.

    Le vieil Orléans est aujourd'hui au centre d'une grosse agglomération, avec d'immenses zones industrielles et résidentielles, centres commerciaux, campus universitaire etc., tous d'une fastidieuse banalité style années 60-70, quoique pas désagréables à habiter. Il reste que le noyau ancien est étrangement mal connecté avec cette périphérie. Le vieil Orléans central restera toujours pour moi une énigme insoluble. Et cette cathédrale...

    J'aime bien les souvenirs photographiques de voyage dont Robert nous gratifie régulièrement ; que n'y ajoute-t-il des commentaires historiques, culturels, géopolitiques, il saurait très bien faire. Bah, que, concernant Orléans, ce qui précède en tienne lieu.

    Jack M.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, cher ami, pour ces belles précisions quant à l'histoire et la géographie d'Orléans. Ce qui m'a frappé, outre le cours lent de la Loire, ce sont 1) le modèle romain en damier de la ville; 2) la plaque commémorative, discrète, dans la rue qui descend de la cathédrale vers les berges de la Loire, en l'honneur des chevaliers écossais qui ont combattu aux côtés de Jeanne d'Arc, dont les ressortissants d'un clan "Kennedy". Le pont qui enjambe la Loire recèle un certain charme et l'île au milieu du fleuve abrite de jolis échassiers blancs.
      Bien à vous,
      L'Oncle Bob.

      Supprimer
  2. J'oublie: le contraste entre la Beauce et la Sologne est remarquable, très apaisant quand on vient d'une région à trop haute densité démographique et que l'on emprunte les petites routes (et non les autoroutes). La route qui va de la Ferté-Saint-Aubin à Vierzon est une ritournelle dont je ne me lasse jamais. J'y ai mon boulanger, mon marchand de journaux, mes étapes. Merci d'avoir ajouté cette comparaison. Elle mérite sa place, toute sa place dans un commentaire sur Orléans.

    RépondreSupprimer